Pour les Arpaijiens de 4 à 7 ans

Des histoires pour les petits Arpaijiens et ceux qui sont un peu plus grands. Des aventures remplies de surprises qui permettront aux jeunes lecteurs et auditeurs de rêver, de rire, d’imaginer, d’interroger, de se questionner… Tout ce que peut procurer comme émotions un album jeunesse !

La bande des Arpaijiens

C’est bientôt l’heure de se coucher. Noah est fatigué. Mais une petite chose le turlupine ; où est donc passé zoumzoum, son doudou ?

           « Maman, outamimondoudou » ? hurle-t-il depuis sa chambre

                « Je ne sais pas Noah, il doit être dans ton lit » ! répond sa maman

Alors Noah se rue sur son lit.

Il cherche sur la couette, sous la couette, dans la couette… Pas de doudou.

Il regarde sur son oreiller, sous son oreiller, dans son oreiller… Toujours pas de doudou.

Il farfouille sous son drap, tâte son matelas et s’aventure sous son lit…

CATASTROPHE !!! Zoumzoum a disparu…

Pourtant Zoumzoum était bien là avant qu’il ne se brosse les dents. Noah en est persuadé. Quelqu’un a donc pris son doudou !

Noah se précipite dans la chambre de sa sœur, Lisa et se jette sur elle.

                « Outamimondoudou » ???

                « Aïeuuuuhhhh !!! Non mais ça va pas bien espèce de crotte de nez qui pue ? Je ne l’ai pas ton doudou moche. Il est dans tes jouets, comme d’habitude » !

                « Mes jouets » ? Reprend Noah en se relevant.

Dans sa chambre, il explore sa caisse de briques de construction. Mais zoumzoum n’y est pas.

Il passe au peigne fin sa malle de petites voitures. Zoumzoum n’est toujours pas là.

Il parcourt un à un les livres de sa bibliothèque…

HORREUR !!! Zoumzoum s’est envolé…

Pourtant jamais zoumzoum n’aurait pu s’échapper, Noah en est certain. Il n’a ni jambe ni bras. Il n’a pas plus d’aile que le chat du voisin et pas plus de patte qu’une limace baveuse.

Noah se sent triste. Il s’avance vers son papa.

                « Papa, outamimondoudou » ? dit-il de sa petite voix.

                « Je ne sais pas mon chéri, tu as regardé dans ta commode » ?

                « Ma commode » !

Le visage de Noah s’illumine à nouveau.

Il passe en revue le tiroir de pantalons, celui de chaussettes propres… puis l’autre de chaussettes sales, le tiroir de pulls… Mais rien n’y fait. Il n’y a pas de doudou.

Noah sent alors quelque chose le tirer.

                « Pas maintenant poutpoute, tu vois bien que je cherche mon doudou » !

Poutpoute c’est la petite chienne de la famille. Noah l’a surnommée comme ça parce que quand elle était bébé, elle faisait beaucoup de pouts.

                « Pas maintenant je t’ai dit, je n’ai pas envie de jouer ».

Mais poutpoute ne s’en laisse pas conter et continue de tirer le pyjama de Noah. Elle aboie, sautille, se met sur ses pattes arrière et tire de plus belle.

                « Je n’ai pas ta balle poutpoute » dit Noah en plongeant la main dans sa poche comme pour lui montrer qu’elle est vide. Et à ce moment-là…

                « Maman, j’ai retrouvé mon doudou » !

                « C’est très bien mon chéri, j’arrive pour te lire une histoire. Tu choisis celle que tu veux ».

                « Maman, elle est où l’histoire du cochon qui en a assez » ?

La suite ?

© Axl – Novembre 2018

Depuis toute petite, Lisa collectionne les monstres. Cela a commencé très tôt.

                « Lisa, si tu ne poses pas ta tétine, j’appelle le monstre des tétines qui l’emportera avec lui » avait dit sa maman.

Et le monstre était venu. Mais il n’avait pas pris la tétine.

Alors Lisa avait rangé le monstre tout au fond d’un tiroir.

Un peu plus tard, Lisa a rencontré le monstre de la soupe.

                « Lisa, si tu ne finis pas ton assiette, j’appelle le monstre de la soupe et il t’emmènera avec lui » avait dit son papa.

Et le monstre était venu. Mais il n’avait pas emmené Lisa.

Alors elle l’avait enfoui dans son coffre à jouets.

Puis, sans crier gare, vint le tour du monstre des colères qu’elle a caché sous un gros pot parce qu’il n’était pas beau.

Celui-là, Lisa ne l’aimait pas beaucoup car il n’en faisait qu’à sa tête et sortait beaucoup trop.

Un soir de nuit sans lune, Lisa fit la connaissance du monstre du placard. Il avait peur du noir. Lisa qui le comprenait bien, l’avait gardé près d’elle, juste sous son lit.

Quelques fois, dans la nuit, il lui arrivait même de parler avec lui.

                « Eh pssst, le monstre du placard, tu n’as pas trop peur tout seul ? »

Mais le monstre qui était timide ne répondait jamais. Alors Lisa le laissait tranquille.

Un jour de mauvais temps, Lisa et sa petite sœur Mila jouaient ensemble tranquillement.

                « Tu sais Mila » dit Lisa à sa sœur « un jour il faudra bien que tu laisses ta tétine ».

Mila hocha la tête, la tétine à la bouche.

                « Je sais ce que nous allons faire » reprit Lisa.

« Quelque part, au fond de ce tiroir il y a mon ami le monstre des tétines. Je n’en n’ai plus besoin depuis un bon moment et il s’ennuie tout seul entre mes chaussettes. Peut-être pourrais-tu l’accueillir à ton tour dans ta chambre ? ».

Mila regarda d’un œil inquiet le tiroir de Lisa qui s’ouvrait lentement. Le monstre des tétines passa sa tête puis une patte et une autre. Il sortit du tiroir, s’approcha de Mila et lui fit un grand sourire. Sans même jeter un œil sur la tétine, il alla se ranger tout seul dans la boîte à crayon de la petite fille.

Quelques temps plus tard, le monstre tout barbouillé de la tête aux pieds, s’en alla en pleine nuit sans déranger Mila qui dormait à poings fermés.

Lisa n’eût aucune peine à confier à sa petite sœur les autres monstres de sa collection.

L’un après l’autre, Mila les accueillit et leur trouva un endroit bien au chaud pour y passer l’hiver.

Le monstre de la soupe était dans une armoire.

Le monstre des colères, qui n’était pas si laid, avait emménagé dans la maison de poupées. Il ne sortait pas si souvent depuis qu’il y était.

Quant au monstre du placard, il avait toujours peur du noir. Alors Mila, comme sa grande sœur, lui avait proposé de rester sous son lit.

Mila a depuis bien grandi. Et tour à tour, les trois monstres sont partis en plein cœur de la nuit, à la recherche d’une autre petite fille ou d’un petit garçon.

Si tu cherches un peu, peut-être en croiseras-tu un au fond d’un tiroir, dans une armoire…

…ou même sous ton lit.

La suite ?

© Axl – mai 2019